Entre terre et mer, le Cap des trois fourches

Posted By : admin/ 133 0

Situé à 30 Km à l’ouest de Nador, le Cap des trois fourches est une vrai curiosité géologique. Caractérisé par des falaises maritimes verticales et creusés de grottes qui n’ont d’équivalent que dans le Parc National d’Al Hoceima, le site des trois fourches a quand même une spécificité : il a une origine volcanique. Le site est classé zone RAMSAR dans sa partie marine, et héberge une réserve naturelle et une réserve permanente de chasse dans sa partie terrestre..

Situé à 30 Km à l’ouest de Nador, le Cap des trois fourches est une vrai curiosité géologique. Caractérisé par des falaises maritimes verticales et creusés de grottes qui n’ont d’équivalent que dans le Parc National d’Al Hoceima, le site des trois fourches a quand même une spécificité : il a une origine volcanique. Le site est classé zone RAMSAR dans sa partie marine, et héberge une réserve naturelle et une réserve permanente de chasse dans sa partie terrestre.Le Cap des trois fourches englobe dans ses partie terrestre et marine plusieurs habitats et espèces diverses de faune et de flore. Sa partie marine hébergeait jadis la dernière colonie de phoques moines et continue d’être une zone de reproduction du grand dauphin (Tursiops truncatus). Les grottes désormais désertées par les phoques, continue de servir de lieu de vie pour plusieurs espèces de chauve-souris dont plusieurs ne vivent nul par ailleurs est sont inféodé à la région. Le site est également un haut lieu de passage des oiseaux migrateurs. Près d’une quarantaine d’espèces s’y réfugient avant de continuer leurs migrations.

Le Cap des fourche grâce à sa situation isolée constitue un vrai sanctuaire pour les reptiles et amphibiens. Quelques espèces rares et endémiques y trouvent refuge comme le seps rifain et la petite vipère de Lataste. Le cap est aussi une limite biogéographique pour certains espèces saharienne, comme la couleuvre de Shokar.

Le Cap des trois fourches est définitivement en site de grand intérêt écologique et biologique. Le préserver est synonyme de préserver un Patrimoine Naturel remarquable unique.

La flore du site des trois fourche est exceptionnelle. Plus de 42% de la flore y est constituée d’espèces endémiques dont de nombreuses plantes aromatiques et médicinales et d’autres ayant un intérêt économique. Ainsi, parmi les espèces recensées figurent: l’amandier, le pin d’Alep, le figuier, le caroubier, la lavande dentée, le chêne Kermes, le thuya ou encore le figuier de barbarie…

Situé dans l’axe de passage des oiseaux migrateurs, le site des trois fourches héberge quelque 69 espèces dont 19 hivernantes. L’avifaune des habitats humides côtiers se compose essentiellement de Laridés (goélands leucophée et/ou d’Audouin avec passage possible du goéland brun). D’autres espèces liées à l’eau fréquentent le site pendant les périodes de migration: mouettes pygmée et tridactyle, sternes voyageuses et naine, huitrier-pie; puffin cendré, puffin de Méditerranée, océanite tempête, grand cormoran, cormoran huppé, héron cendré ou encore le balbuzard pêcheur. Il est également possible de rencontrer des espèces comme le faucon crécerelle, le traquet rieur ou encore le merle bleu grâce à la nature accidentée des terrains géologiques qui offrent des escarpements que ces espèces utilisent comme refuges.